Conseil Suprême des Hellènes Gentils

 

www.ysee.gr    pour la défense et la restauration de l' authentique Tradition Hellénique

 

< Retour
 

Au ministre adjoint des Affaires etrangeres, M. Ioannis AMANATIDIS
Lettre ouverte 314/8.06."2016"


Monsieur le ministre,


Au-dela de la surprise generale ressentie par tout citoyen Grec raisonnable, surprise occasionnee par l' intervention zelee du ministere des Affaires etrangeres de la Grece au sujet dun monument appartenant a un autre pays, cest-a-dire le musee Sainte-Sophie a Istanbul, nous devons admettre avoir ete davantage surpris, en tant quadeptes de la Religion Hellenique Ethnique, par vos declarations a leffet que la lecture dun texte monotheiste dans un lieu qui fut un temple monotheiste jusqu' a 1934, pour ensuite etre converti en musee, serait « incompatible avec l acquis europeen, le respect de la difference et de la liberte religieuse ». Il en est de meme de votre autre declaration a l effet que vous aurez recours dans cette affaire a des « organismes internationaux ».

Puisque notre pays n' a pas que des affaires « etrangeres » a gerer, mais egalement des affaires « interieures », et puisque, malheureusement, le zele que vous demontrez est imite a grande vitesse par les membres de la pretendue opposition de toute orientation politique, permettez-nous de vous exposer les motifs de notre surprise laquelle comporte plusieurs volets :

En Grece de l’an 2016 de l’ere commune, l’etat que vous representez et qui pretend se soucier de « l’acquis europeen », du « respect de la difference » et de la « liberte religieuse » evite a ce jour d’octroyer le statut juridique de societe religieuse a la Religion Hellenique Ethnique, et ce, bien qu'il soit de son devoir de le faire, en vertu de ses propres lois. Pire encore, notre religion, qui est autochtone et transmise par tradition continue, est contrainte de s’organiser au niveau juridique sous forme d’organisme a but non lucratif et l’etat grec l’oblige par le fait meme au paiement annuel de montants prohibitifs sous forme de « taxe professionnelle ».

 En Grece de l’an 2016 de l’ere commune, ce meme etat permet aux representants et membres de ce qu’on appelle la foi orthodoxe chretienne (toujours caracterisee de « Religion dominante », un terme ruse par son ambivalence) de profaner systematiquement nos propres lieux sacres helleniques en ruines, en y faisant pousser des petites eglises ou en y performant leurs propres ceremonies religieuses qui sont non seulement sans rapport, mais egalement hostiles a l’orientation religieuse initiale de ces lieux sacres. La Rotonde de Thessalonique, le Dion, L’Areopage d’Athenes ne sont que trois points sacres parmi de nombreux autres sur lesquels la «religion dominante» commet des profanations qui sont bien evidemment « incompatibles avec l’acquis europeen, le respect de la difference et de la liberte religieuse »

Par consequent, lorsque vous aurez recours a des «organismes internationaux» concernant l'indecence de vos coreligionnaires (monotheistes) de la Turquie, nous vous prions de bien vouloir nous l' indiquer pour que nous ayons recours semblable contre les indecences successives de la « Religion Dominante » de l'etat Grec a l'encontre de la Religion Hellenique Ethnique, notre religion, dont les lieux sacres en ruines sont profanes systematiquement, pendant que vous continuez de faire semblant qu'elle n'existe meme pas.

Cordialement,

CONSEIL SUPREMES DES HELLENES GENTILS (YSEE)

 

   

© Copyright 1997, 2002 Conseil Suprême des Hellènes Gentils
(Ypato Symboulio Hellinon Ethnikon)